L’alimentation et les 5 sens

La vue, l'ouïe et le toucher

Accueil EnseignantsEnseignantsLa vue, l'ouïe et le toucher

L'oreille – 30 000 récepteurs pour entendre

L’oreille donne des informations sur :

  • les bruits externes (ex : crépitement d’un morceau de viande lors de la cuisson)
  • les bruits en bouche (ex : croquant, croustillant, pétillant)

Lors de la consommation d’un aliment, l'ouïe joue un rôle limité par rapport aux autres sens.

Voir programmes scolaires Télécharger la leçon

Regarder

L’oreille – 30 000 récepteurs pour entendre

Voir transcription Masquer la transcription Télécharger la transcription

BRUITS EXTERNES ET BRUITS EN BOUCHE

Tout comme la vue, l’ouïe est une réaction à des stimuli physiques.

Dans le cas de l’oreille, ces stimuli sont des ondes sonores.

Il faut faire la différence entre 2 types de bruits. Il y a les bruits ‘externes’, comme par exemple les bruits de cuisson, et les bruits ‘en bouche’ qui proviennent de la mastication. Ces 2 types de bruits ne sont pas perçus par les mêmes « parties » de l’oreille.

OREILLE EXTERNE, MOYENNE ET INTERNE

On distingue 3 parties dans l’oreille : l'oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne.

Sans surprise, les bruits externes sont perçus par l’oreille externe. Ces bruits sont ensuite amplifiés dans l’oreille moyenne.

Pendant la mastication, les cassures des aliments provoquent des vibrations sonores. Etant donné que l’oreille moyenne communique avec l’arrière-bouche, ces vibrations sont transmises par l’ossature des mâchoires jusqu’à l’oreille moyenne.

Que ce soient des bruits externes ou des bruits en bouche, l’oreille interne transforme les ondes sonores en impulsions électriques. Ces impulsions sont transmises par le nerf auditif au cerveau qui les transforme en perceptions sonores.

L’OUÏE ET NOS ATTENTES

L’aspect d’un aliment peut créer des attentes par rapport au bruit provoqué en bouche. On s’attend par exemple à entendre le son croquant d’une pomme ou le son craquant d’une carotte crue. On s’attend aussi au son croustillant d’une biscotte ou au son pétillant d’une boisson gazeuse.

Lors de la consommation d’un aliment, l’ouïe a cependant un rôle limité par rapport aux autres sens.

Share this